4. Conditions pratiques

4. Les conditions pratiques rendant crédible l'enseignement de la philosophie

  1. L'enseignement de la philosophie ne pourra être pris au sé­rieux que s'il s'agit d'un enseignement autonome.
  2. Sans un enseignement suivi et qui, comme cela se pratique pour les autres branches de l'enseignement, se poursuit pendant plusieurs années, les objectifs de l'enseignement de la philo­sophie ne pourront être atteints.
  3. Sans des maîtres s'étant préparés à l'enseignement de la phi­losophie par des études spécialisées, les mêmes objectifs ne peuvent être atteints.
  4. Cela présuppose dans notre système actuel :
    1. qu'il convient de doter l'enseignement de la philosophie d'un nombre d'heures minimales obligatoires, sur une période d'au moins deux ans afin de satisfaire aux exigences d'un examen de maturité fédérale;
    2. qu'il est vivement recommandé de compléter un enseignement de base par un système d'option permettant aux élèves qui le désirent d'approfondir leurs connaissances philosophiques;
    3. qu'il faut engager des maîtres ayant terminé leurs études de philosophie et suffisamment libérés des autres tâches d'en­seignants pour pouvoir faire de l'enseignement de la philo­sophie leur tâche principale; qu'il est, par exemple, pré­judiciable à l'enseignement de la philosophie de confier à un maître cet enseignement dans le seul but de compléter son horaire;
    4. qu'il convient de déterminer un programme d'enseignement sérieux qui préserve cependant l'autonomie du professeur.

Questions

  1. Etes-vous d'accord avec ces thèses précisant quelles sont les conditions nécessaires à un enseignement de la philosophie au niveau secondaire ?
  2. Estimez-vous qu'il y manque certaines conditions essentielles ?
  3. Y a-t-il des thèses que vous voudriez modifier ?